Agenda

15
Novembre, 2018
L M M J V S D
      1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30    

Les lacs réservoirs "anti-crues".

 

Barrages Deux plaquettes vous ont été distribuées concernant les barrages  hydrauliques situés dans le département de l'Aube ...

 Ces plaquettes sont un document d'information sur les risques de  rupture et indiquent succintement les mesures de protection et de  secours prises par les pouvoirs publics afin de savoir comment réagir.

 

 

Vous pouvez les consulter en ligne : 

 

Le projet lac-réservoir de la Bassée.

A l’étude depuis les années 1990, l’idée de creuser un 5e lac dans la vallée de la Bassée a été véritablement lancée dès 2001. Le projet a cependant été révisé au fil des études pour devenir, à l’issue de la phase de concertation de 2011-2012, un site pilote plus modeste, que celui initialement prévu. Il est basé sur un système non plus de stockage permanent mais de casiers qui se remplissent en cas de montée des eaux de la Seine. La phase de concertation initiée en novembre 2013 a permis d’aboutir au choix du site pilote test qui s’étend sur les communes de Chatenay-sur-Seine, Egligny, Balloy et Gravon. Il nécessite la construction de 7,5 kms de digues.

 

Lac-réservoir Bassée Piloté par l’établissement public   territorial de bassin, il est en outre   plus que jamais revenu d’actualité   après la crue de juin 2016. De fait,   face aux menaces d’inondations de   la Seine, les 4 lacs réservoirs   existant- Der-Chantecoq (sur la Marne), Temple et Amance (sur   l’Aube), Orient (sur la Seine),   Pannecière (sur l’Yonne)- s’avèrent   insuffisants.

 

Ainsi le projet de la Bassée consiste à retenir les eaux de la Seine au moment du passage de la crue de l’Yonne en pompant et stockant dans des casiers l’eau du fleuve au moment du pic de crue. Cet aménagement serait constitué d’unités de stockages remplies par pompage. Le projet est délimité sur 2300 ha d’aires de sur-stockage au plus près de la confluence, avec un volume de stockage de 55 millions de m3. La gestion de l’ouvrage est basée sur une gestion en temps réel fixée à 3 jours pour les crues de la rivière et du fleuve. L’ouvrage serait utilisé en moyenne tous les 5 à 6 ans pendant 2 à 2,5 semaines.

Le programme représenterait une baisse supplémentaire de 20 à 60 cm de hauteur d’eau en moyenne suivant les crues et les lieux. Couplé aux 4 lacs réservoirs, ils permettront de maintenir la Seine en dessous du niveau d’apparition des principaux dommages (6,20 m à Austerlitz). Le casier pilote pourrait présenter une capacité de stockage allant jusqu’à 10 millions de m3 d’eau pour un montant total n’excédant pas 100 millions d’€, avec un effet notable d’abaissement de la ligne d’eau en cas de crue majeure avec un gain d’environ 5 cm à Paris.

 

Ce projet qui poursuit le double but de diminution des niveaux de la Seine en crue et de valorisation écologique du territoire de la Bassée aval, s’inscrit dans une perspective de développement durable.